Conclusion

  Après étude de cette maladie, nous pouvons donc en conclure que sa complexité s'explique par les différents types de morphologie auxquelles elle mène. En effet, bien que les causes soient similaires pour toutes les boulimies cette maladie est personnelle et se traduit différemment selon les individus.

En effet ses causes sont sociales, familiales, psychologique. Certains même avancent une cause biologique, mais cela reste à l'état d'hypothèse. Le poids corporel de l'adulte tend vers une valeur relativement stable, ce qui suggère l'existence d'une homéostasie pondérale. Ainsi, l'hypothalamus contrôle la régulation du poids, en mettant deux systèmes de médiateurs : la sérotonine et les catécholamines. L'effet le mieux connu de la serotonine est la modification du comportement alimentaire, liée à une variation de la satiété. Il agit au niveau de l'hypothalamus en diminuant la prise alimentaire notamment des hydrates de carbones. Cet effet a été remarqué chez des patients obèses présentant des compulsions sucrées. La prescription d'un agoniste de la sérotonine entraînait une diminution de l'intensité de leurs crises. Ainsi est née l'hypothèse d'une insuffisance de sérotonine à l'origine. Cependant, à l'heure actuelle, on ne posséde aucune preuve de l'existence de facteurs constitutionnels qui seraient chez le boulimique (ou l'anorexique) à l'origine de leurs troubles.

 

Malgré le fait que la boulimie ait des points communs avec plusieurs autres Troubles du Comportement Alimentaire, elle a des caractéristiques propres à elle qui la différencie et qui font d'elle une maladie "à part".

Par ailleurs, les conséquences macroscopiques sont plus ou moins graves.En effet, les principales atteintes physiologiques sont celles du système digestif qui patît énormément des vomissements à répétitions et autres moyens de purge. De plus, la malnutrition et la déshydratation mènent à des conséquences cardiaques, cérébrales ... mais aussi à des carences qui elles-mêmes ont des symptômes plus ou moins graves (telles que l'ostéoporose pour les carences en vitamine D ou  des hémorragies pour des carences en vitamine C).

Enfin, nous pouvons terminer ce T.P.E. en disant que certaines jeunes filles pourraient être épargnées par la maladie si les médias ne renvoyaient plus l'image d'une femme parfaite comme étant très maigre car celle ci est parfois le facteur déclencheur de régimes drastiques qui mènent souvent à des T.C.A dont la boulimie fait partie.

 

 Nous adressons des remerciements à nos professeurs encadrant nos TPE, Mme Portenaert, notre professeur de S.V.T et Mme Caron, notre professeur de physique-chimie. Mais aussi aux associations qui nous ont apportés des informations sûres et précieuses.

Tracy & Linda .

Retour à la page d'accueil

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site